TROUVER EN ISRAEL AOUT

32 pages
0 views
of 32

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Description
2Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.ilÉdito Directrice de la publication Sarah Ben Sarah.bensimon3@gmail.com Rédacteur en Chef Dan Abramowicz Jonathan Doukhan…
Transcript
2Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.ilÉdito Directrice de la publication Sarah Ben Sarah.bensimon3@gmail.com Rédacteur en Chef Dan Abramowicz Jonathan Doukhan 077 203 82 27 Directeur stratégique et commercial Dan Abramowicz 054 645 7211 Création & Design Yaël Graphic Designer 058 630 5530 Traducteur Yéochoua Sultan 054 26 28 237 Impression Flamingo 054 375 81 77 Diffusion Presse Magazine Itzhak Zenouda 054 207 5913 Site :www.trouverenisrael.co.il Page Facebook : Trouver en Israël – likez nous ! Groupe Facebook : Trouver en Israël • La rédaction de Trouver en Israël magazine décline toute responsabilité quant au contenu des publicités • Ce magazine contient des enseignements de Torah, ne pas jeter dans une poubelle • Pour toute remarque ou conseil : Tsarfatimweb@gmail.comAu cours de ce dernier mois, j’ai voyagé en Grèce, une ville dont les aspects révèlent une culture très impressionnante et dont l’art sculptural sort de l’ordinaire. On parle constamment de la pérennité du peuple juif, et de l’effondrement de toutes les autres nations, de leur disparition ou de la perte de leur puissance, mais ça ne devient véritablement tangible concevable que lorsque vous le voyez de vos propres yeux. Durant ma visite, je me suis rendue au musée d’Athènes, c’est le musée central de cette ville mais aussi de l’ensemble de la culture de la Grèce Antique, c’est « toute leur fierté », comme ils en témoignent eux-mêmes. J’étais très intéressée par le constat de ce que cette immense culture du passé a laissé derrière elle. En arrivant sur ces lieux impressionnants, qui s’étendent sur plusieurs niveaux, j’ai entamé mon voyage à l’intérieur de ce musée, sachant que toute cette culture qui est la leur était vraiment dans un piteux état de délabrement.Partenariat :Près de quatre-vingt pour cent de toutes leurs œuvres d’art sont estropiées ou manchotes, et la plupart d’entre elles n’ont même plus de tête. Au début, ça m’a mise un peu mal à l’aise de me rendre sur un lieu tellement respecté, qui vient révéler l’histoire du peuple grec par ses statues,mais j’ai alors eu une pensée qui n’a fait que se renforcer. Comme nous nous en souvenons, les Grecs sont ceux qui ont profané notre Maison de Sainteté et ont laissé derrière eux de terribles dommages. La seule explication que j’aie, c’est qu’ils ont reçu la monnaie de leur pièce. Ils ne se sont pas contentés de perdre leur puissance en tant qu’empire, car même les vestiges de leur histoire ne sont pas restés intacts, à la mesure des atteintes qu’ils nous ont portées, avec leurs mains, leurs pieds et leur pensée, quand ils ont cherché à provoquer la perte de notre judaïsme, et de notre foi en un seul D. Ainsi, ils ont causé leur propre perte, mais pas seulement, car toutes leurs statues et tout leur art ont été arrachés d’une façon hors du commun. « Celui qui abaisse les orgueilleux jusqu’à la terre, et qui fait remonter les humiliés jusqu’aux hauteurs », c’est un des nombreux versets que nous devons toujours garder en mémoire, En tant que peuple juif qui, dans une foi absolue en notre rédemption qui interviendra prochainement, avec la venue du Machia’h, et la construction du Troisième Temple, très rapidement amen. Sarah Ben E Trouver en IsraëlAoût 2019 / www.trouverenisrael.co.il3© Philip ConradPARVANESSA ATTALI« Quand je viens en Israël, je ne suis pas un touriste ! »Vous l’attendiez ? Le revoilà ! Après 2006, 2014 et 2016, Gilbert Montagné se produira de nouveau sur la scène du théâtre Heichal Hatarbut de Tel-Aviv le 12 août prochain et le 13 à l’amphithéâtre de la mer de Natanya ! Inutile de vous dire que le chanteur qui a fait son Alya attend avec impatience de retrouver son public. En attendant ce grand moment, celui qui nous a fait s’aimer, chanter et danser en « liberté » « sous les sunlights des tropiques » a accepté de nous rencontrer et de nous parler en toute intimité de son amour pour Israël, ses liens avec son public, ses 48 ans de carrière mais aussi ses tout premiers mois de vie passée en couveuse ou encore son rôle de grand-père qu’il prend très à cœur… Rencontre inédite.Vous vous produisez le 12 août à Tel Aviv et le 13 à Natanya. Comment vous sentez-vous ? Ça va super bien, même très très bien ! J’ai hâte de venir chanter en Israël ! D’autant que ce sera la première fois que je joue à Natanya. Ce sera à l’amphithéâtre de la mer et c’est toujours merveilleux de jouer en plein air !4Dans quel état d’esprit appréhendez-vous cette nouvelle tournée en Israël et qu’est ce qui nous attend ? Il y a beaucoup d’anticipation de ma part et de toute mon équipe; mes musiciens adorent venir jouer en Israël, ça sera au moins la troisième ou quatrième fois qu’ils viennent et à chaque fois, ils sontAoût 2019 / www.trouverenisrael.co.ilcomme des dingues, très impatients ! Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’il y a une quinzaine de fans de France qui ne sont jamais venus en Israël qui vont spécialement faire le déplacement. Et je trouve ça très beau et très touchant comme geste, d’autant que ce sont des personnes qui n’ont pas forcément les moyens. QuantDoit-on s’attendre à quelques surprises ? Oui, bien sûr. Des artistes israéliens monteront sur scène… Mais je n’en dirai pas plus ! Il y aura aussi une première partie avec David Hababou à qui je suis heureux de donner sa chance. En ce qui me concerne, je vais bien entendu chanter des morceaux en hébreu. Je n’arrive pas encore à les mémoriser par cœur donc je les lirai en braille… Quoi qu’il en soit, on va tout donner et mettre le feu ! Grâce au public aussi ! A chaque fois que j’ai chanté en Israël, c’était de la folie, les gens étaient merveilleux et cette fois encore, je compte sur eux ! A quand un concert à Jérusalem, Ashdod ou Eilat ? Ecoutez, lama lo ! S’il y a des demandes, on ira avec grand plaisir ! Vous savez, c’est tellement une récompense pour moi que de pouvoir donner de l’énergie et de ressentir que cela touche les gens. Cela me revient comme un boumerang ! C’est un échange, un aller-retour d’énergie qui m’unit avec le public depuis près d’un demi-siècle. Justement, vos tubes « On va s’aimer », « Liberté », « Sous les sunlights des tropiques » ont toujours autant de succès trente ans après leur sortie. Comment expliquez-vous la persistante de votre musique ? Je pensais justement à ça ce matin, Mon premier hit « The Fool » a 48 ans ! Vous imaginez ? C’est de la folie ! Je trouve ça très beau et difficile à expliquer… L’autre soir,je revenais de Lille où j’ai chanté pour les festivités du 14 juillet et je suis tombé sur un camion de gendarmes qui étaient en train de chanter mes morceaux ! Cela me touche toujours énormément, je n’ai jamais pris ça banalement ! Après toutes ces années, avezvous toujours autant de plaisir à chanter vos tubes ? Totalement ! Et aussi d’autres titres qui n’ont pas forcément été des hits mais que le public a transformés en hits. Quand, par exemple, à mes concerts, j’entends la foule chanter « vivre en couleurs », cela me fait fondre ! J’ai la chance de ne pas être blasé par mon métier, au contraire, je m’étonne toujours et je trouve que les adultes les moins intéressants sont ceux qui ont oublié qu’ils ont été des enfants. Les enfants savent s’étonner et je pense qu’il faut parfois conserver ce côté de l’enfance et non y mettre un frein. Heureusement, j’ai la chance que mon public ne se freine pas à mes concerts, quel pied de les ressentir si près de moi ! L’émotion est parfois tellement intense que je dois m’arrêter de chanter ! Aussi, ce qui me fait doublement plaisir, c’est que désormais j’ai des amis israéliens qui me connaissent en tant que « Gilbert » et non « Gilbert Montagné » et qui vont venir à mes concerts ! On va s’éclater, j’ai vraiment hâte d’y être ! Vous savez, à chaque fois que j’atterris à l’aéroport Ben Gourion et que j’entends le bruit des jets d’eau en descendant les escalators, c’est déjà pour moi un émerveillement ! Justement, ça fait cinq ans maintenant que vous avez fait l’Alya. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie ? Lorsque je prends une décision, je ne reviens jamais en arrière ! Il est vrai que je n’ai pas le temps matériel de rester aussi longtemps que j’aimerais en Israël car je travaille beaucoup en Europe et dans le monde mais quand je© Christophe Géralà moi, je suis ravi parce que, évidemment, chaque concert est important mais encore plus en Eretz. Il y a comme un petit supplément d’âme là-bas que j’adore. Je suis toujours très reconnaissant et très fier de chanter en Israël, il y a forcément un facteur émotionnel en plus parce que c’est une de mes racines !suis ici, je ne suis pas un touriste ! Et je ne veux surtout pas me sentir en tant que tel ! Je détestais l’idée d’avoir juste une maison en Eretz et d’y venir de temps en temps ! Je voulais devenir israélien. J’ai aussi la ferme intention de m’engager dans le pays pour une meilleure accessibilité aux déficients visuels ! Il y a beaucoup de choses à faire au niveau de l’urbanisme, des trottoirs… Il faudrait lancer une campagne de télévision, faire en sorte que la police soit plus ferme vis à vis des véhicules sur les trottoirs parce que cela n’embête pas seulement les personnes à mobilité réduite ou non voyantes mais aussi les mamans avec leur poussette ! J’ai rencontré la Présidente de l’association des non-voyants en Israël et on devrait créer des rapprochements là-dessus. Je veux me porter volontaire pour cette cause ! Ça sera mon petit cadeau au pays ! Où en est votre hébreu ? Je ne le maîtrise pas parfaitement mais je m’améliore petit à petit et je n’hésite pas à parler même au téléphone avec les compagnies israëliennes de tous bords à qui je suggère d’ailleurs dans leur menu vocal d’ajouter une option en langue française, comme ilsAoût 2019 / www.trouverenisrael.co.il5fiques, nous n’avons aucun sou- en couveuse et à l’époque, ils ne connaissaient pas trop le dosage venir avant l’âge de 3-4 ans ? Oui cela a été une sacrée aven- adéquat en oxygène. Du coup, les ture dans le sens où je ne savais médecins en ont trop mis dans la pas que je pourrais couveuse et ça a brûlé mes nerfs retrouver des fee- optiques. Quand j’y repense, lings des premières c’est dingue de voir à quel point « J’adore semaines de ma vie je me suis accroché à la vie, cela Qu’est-ce que vous me mais il m’a suffi d’y m’amuse de resonger à cela ! Et aimez en Israël ? penser vraiment pro- malgré toutes les péripéties, dès J’adore me promener promener fondément… Je ne que je suis rentré à la maison, sur la tayelet, être au sur la sais pas comment j’étais un bébé joyeux qui souriait bord de la mer. J’aime cela a été possible, tout le temps parait-il ! On m’a tout les restaurants de tayelet ! » c’est très difficile à de suite décrit non pas comme poisson notamment expliquer et en même une personne non voyante mais Le Manta Ray ou entemps, nous savons comme un enfant qui amenait du core le restaurant Le Cassis qui est très bon mais je qu’un fœtus reconnaît déjà la soleil dans la maison… veux la table la plus près de la mer ! voix de sa mère… J’ai pu retrouIl y a aussi le restaurant de gril- ver les feelings de mes premiers Ce livre montre votre foi absolue lades M25, au shouk Hakarmel, mois : ce confinement, cette pe- en la vie et même un optimisme qui est excellent, sans oublier tite boîte, ce manque d’espace, légendaire. Vous n’avez jamais HaPizza ou encore Le Moon qui, cette solitude intense qui, en pensé à donner des cours ou des même temps, m’a construit et conférences à des jeunes en difpour moi, restent un must. ficulté par exemple ? m’a rendu plus fort ! Je le fais déjà à titre Je suis né à cinq mois Quel est votre plat israélien préindividuel. Quand je et demi sur la table de féré ? « J’étais un rencontre mes fans J’aime le houmous, les fallafels, les la cuisine, je pesais viandes… Mumm, ça me donne 950 grammes, ma bébé joyeux après un concert ou dans la rue, ou faim tout ça [rires] ! J’ai faim de vie était vraiment en qui souriait aux nombreux aprentrer au pays et de rencontrer danger et à l’époque, pels que je reçois, les parents n’avaient mon public ! tout le je parle à chacun et pas le droit d’approtemps ! » ils me disent que je Votre autre actualité, c’est aussi cher ni de toucher leur fais beaucoup la sortie de votre livre « Au jar- le nourrisson en de bien. Je suis aussi din de ma vie » publié aux Edi- couveuse donc il n’y tions Flammarion dans lequel avait personne pour me calmer et déjà allé plusieurs fois dans des vous explorez les premiers mois j’ai dû me calmer moi-même ! « centres pénitenciers pour explide votre vie passée en couveuse… C’est comme si la vie m’avait dit ne quer aux détenus que la petite luComment cela a pu être possible t’inquiète pas, fais-moi confiance, mière n’est jamais éteinte… Mais sachant que, d’après les scienti- tu vas sortir plus fort et tu vas ap- c’est vrai que ça me brancherait précier la vie » et c’est vrai que bien d’organiser des réunions ou jusqu’à aujourd’hui, la vie m’a conférences pour aider les gens à trouver les clefs du bonheur ! beaucoup beaucoup donné ! le font déjà très bien pour l’anglais, le russe et l’arabe. Mais j’incite les francophones à vraiment apprendre la langue. C’est le moindre des respects que l’on doit à Israël !© Christophe Géral6Dans votre livre, on découvre en effet que votre venue au monde a été toute une épopée… Oui, cela a été de la folie ! Au départ, je n’étais pas le bienvenu pour mes parents qui avaient déjà trois enfants et qui, au vu de leurs problèmes financiers, ne m’attendaient pas. Malgré les deux tentatives d’avortement de ma mère et ma naissance très prématurée, je me suis accroché ! J’ai ensuite passé trois moisAoût 2019 / www.trouverenisrael.co.ilEn parlant des clés du bonheur, vous êtes marié depuis vingt ans avec Nicole qui est également votre agent, est-ce que vous lui chantez encore « On va s’aimer » comme le dit votre morceau ? Je lui dis qu’on a beaucoup de chance de s’aimer, de s’être rencontrés ; je pense que cela était écrit en fait ! Il faut toujours prendre conscience de la chance que l’on a d’être, de vivre, d’aimer ! Oui, ça fait effectivement« Je ne serai pas étonné qu’un jour, je puisse recouvrer la vue ! » La musique fait également partie des clefs de votre bonheur. Peuton dire finalement qu’elle vous a apporté une autre manière de voir le monde ? Oui car la vie a un lien permanent avec la musique. On ne peut pas concevoir un monde sans musique. Je ne parle pas d’un monde sans instrument parce qu’il y a eu musique avant d’avoir des instruments, il y a eu le bruit du vent ou encore le chant des oiseaux... Moi, j’adore écouter les oiseaux chanter et il y a une chose que je n’ai pas encore fait, c’est d’aller dans une réserve ornithologique pour voir la migration des oiseaux qui vont ou viennent d’Afrique, je suis sûr que c’est quelque chose d’extraordinaire et je compte bien le faire ! En parlant de voir le monde, est-ce que vous accepteriez une opération pour recouvrer la vue si les scientifiques vous garantissaient une réussite ? Pour tout vous dire, ce n’est pas un sujet qui m’empêche de dormir ! Mais je suis très curieux de nature donc oui, j’accepterais certainement ! Je prendrais cela plutôt comme un amusement mais un amusement qui bouleverserait beaucoup de choses dans ma vie quand même ! Je n’ai jamais vécu ma déficience visuelle comme un handicap… et avec ma façon de penser, s’il advenait qu’un jour, je puisse recou-Un grand-père fou d’amour pour ses petits enfants ! © Christophe Géralvingt ans, c’est passé très vite et il est important de ne pas prendre tout pour acquis ! D’ailleurs, j’ai écrit un début de texte l’autre jour et le leitmotiv, c’est « Dismoi juste là où je re-signe ! »Vous êtes le grand-père de Mia, Elsa, Ava, Noé. Ah ouais, j’adore ça ! il y aussi le petit dernier qui va avoir trois ans et qui est le seul garçon Montagné de la famille ; le petit de mon fils Nicolas. Devenir grand-père a été une grande révélation pour moi ! On bouge beaucoup avec ma femme Nicole et on n’a pas toujours le temps mais quand on se voit avec mes petits-enfants, on se voit vraiment ! Que ce soit à Paris ou n’importe où dans le monde. L’important finalement n’est pas la quantité mais la qualité de nos moments passés ensemble !Quel genre de papy vous êtes ? Non, moi je suis grand père ! J’aime mieux le son de « grandpère » que « papy », je trouve ça plus beau [rires] ! Je m’amuse beaucoup avec mes petits-enfants, je leur crée des chansons, je leur fais des rondes et je joue au piano mes titres qu’ils connaissent par cœur à présent. J’aime aussi beaucoup aller au cinéma avec eux. Ça me touche vraiment de voir le même film qu’eux en audiodescription et d’en parler ensuite ! Oui, j’aime beaucoup ça ! J’adore aussi quand ils viennent me voir à mes concerts ! Vous pensez qu’ils peuvent prendre la relève dans la chanson ? J’aimerais bien [rires] ! Justement, je parlais de ça à ma petite fille Ava récemment. Je lui disais : « Pourquoi tu n’apprends pas le piano puisque tu aimes écouter jouer ? » Mais bon elle n’a pas l’air très motivée pour l’instant. Peut-être ça viendra plus tard ! Il faut que cela reste naturel… En attendant, je joue beaucoup au baby-foot avec mes petits-enfants et j’adore ça !vrer la vue, je dirai que cela viendrait du ciel… Même si cela passe par les mains du chirurgien ! En même temps, j’ai déjà vécu tellement de choses incroyables dans ma vie que je ne serais pas étonné si cela devait m’arriver ! Et si cela marche, je crois qu’au début, je ne le dirai à personne, histoire de m’amuser un peu [rires] ! Concerts le 12 août au théâtre Heichal Hatarbut de Tel-Aviv et le 13 août à l’amphithéâtre de la mer de Natanya. Infos et Résas : culturaccess.com – 03 915 56 32 – 09 86 87 61 35Août 2019 / www.trouverenisrael.co.il7LES ISRAÉLIENS ET LES VOYAGES PARYAACOV BEN DENOUNLes enfants de l’exil ont conservé le goût des départs.Les israéliens ont la bougeotte. La chose est connue. Ils aiment voyager, découvrir des pays peu connus d’eux, et par-dessus tout, leur plaisir est de dénicher des bons plans leur permettant d’économiser plusieurs centaines de shekels, tout en conservant le cher confort qu’ils aiment tant. Les israéliens, experts en randonnées de toutes sortes, en rafting, canyoning et autres évènements sportifs capables de déclencher une véritable poussée d’adrénaline, n’hésitent pas à se mettre en danger, à faire profil bas, pour profiter de tous les plaisirs du touriste en goguette. ils demeurent entreprenants, curieux, et dotés d’une bonne dose de sans gêne qui leur permet de naviguer en eaux troubles, de faire face à toutes les situations. Dans les endroits les plus reculés, dans les contrées les plus arides, les plus incertaines,8personne ne sera surpris d’entendre la langue sucrée de Ben Yéhouda, cet hébreu rocailleux qui identifie tout citoyen israélien qui prend la tangente, afin de vérifier qu’ailleurs l’herbe est encore plus verte. Les voyages forment la jeunesse, et fatiguent les vatikim, les anciens, mais rien ni personne n’est capable de dissuader les citoyens d’Erets Israël, d’embarquer sans plus attendre pour ressentir le frisson de l’altitude, et apprécier le son matAoût 2019 / www.trouverenisrael.co.ildes cannettes servies par l’équipage que l’on décapsule prestement. A ce titre, 2019, a été sacrée année de tous les records. Au premier semestre de l’année 2019, 3.8 millions d’Israéliens ont voyagé vers l’étranger, soit, selon le Bureau central des statistiques, une augmentation de 7,4% par rapport à la même période l’an dernier (3,5 millions de départs à l’étranger en 2018).Aoรปt 2019 / www.trouverenisrael.co.il9185.9s00 ont israélien visité le Sinaï (+ 34,2%)123.900Israéliens ont visité la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Etats du Golfe (+10,1%)0 48.80trav er-Israéliens ont sé le passage Allenby, connu sous le nom de « passage du pont du Roi Hussein », situé entre Jérusalem et la JordanieLe Terminal Yitzhak RabinUn nombre croissant d’Israéliens ont voyagé à l’étranger (plus de 2 fois en 6 mois, et pour ce
Related Search
Advertisement
Related Documents
Pr ä Position En
May 14, 2018

Pr ä Position En

Vol5 Checklist En
May 14, 2018

Vol5 Checklist En

nathalie en janneke
May 14, 2018

nathalie en janneke

View more...
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks